Sur les traces du Gutaï au musée Soulages

Rodez  - 7/8/18

Le Gutaï est un mouvement né au Japon, au lendemain de la seconde guerre mondiale, avec un mot d'ordre : créer ce qui n'avait jamais encore existé.

En rupture avec la rigueur de la guerre, les artistes fondateurs voulaient retrouver liberté, jeu et créativité. Ils ont utilisé le geste et le mouvement comme un écho de la spontanéité de l'écriture, incrustant leur trace dans l'espace vierge d'une signature à inventer.

 

La vingtaine d'œuvres, majoritairement prêtées par le Musée de Kobé, répondent étrangement bien à celles de Soulages, et trouvent leur place sur les murs du Musée aveyronnais. C'est comme un lien de parenté dans leur expression, au-delà des cultures et des continents. La matière et le mouvement s'interpellent et se croisent, les couleurs brutes explosent en prolongement de gestes inédits, chaque artiste nous emporte dans sa manière unique d'inscrire la vie sur une toile blanche.

Mon coup de coeur absolu : le tableau Ciel Noir de Shiraga Kazuo, que j'avais découvert au Musée des Abattoirs de Toulouse. Je peux rester des heures devant cette toile qui me parle et me porte ; Shiraga l'a peinte suspendu à une corde, sillonnant de ses pieds les entrelacs de la matière, l’imprégnant d'un rythme très particulier où trépide l'énergie vitale.

 

Ces œuvres fortes sont présentées jusqu'au 4 novembre 2018.

 

sur le web : le mouvement Gutaï

1/5

 

 

photos : © annick ohayon