Respirations - Inspirations #5 // L'envoûtement


"... je sécrète, je tire de moi, je lâche, je dévide, je déroule, j’enroule de telle sorte qu’il me suffira de vouloir ces nœuds pour les faire et d’y penser pour les tendre ou pour les détendre ; si mince qu’il t’échappe, si souple que tu t’imagineras être victime de quelque poison, si dur qu’une maladresse de ma part t’amputerait, si tendu qu’un archet obtiendrait entre nous une plainte céleste ; bouclé comme la mer, la colonne, la rose, musclé comme la pieuvre, machiné comme les décors du rêve, invisible surtout, invisible et majestueux comme la circulation du sang des statues, un fil qui te ligote avec la volubilité des arabesques folles du miel qui tombe sur du miel..." La tirade du Sphinx - Cocteau

Une des plus belles démonstrations du pouvoir de la parole et des mots...

Déclarer ou déclamer son intention suffit-il au Sphinx pour asseoir son pouvoir hypnotique sur son prisonnier, en affirmant la fatalité de son emprise ?

Pauvre Œdipe qui se débat et appelle à l'aide... l'envoûtement est-il toujours subi, ou peut-il être accepté, accueilli, souhaité... comme une fascination volontaire à laquelle on n'a pas l'envie ni la force d'échapper ?

A quel poison succombe-t-il, succombe-t-on...?




derniers écrits...

archives

© 2014-2018 - créé avec par Annick Ohayon

//       site pro        //       mentions légales